Au Liban, Première Urgence Internationale œuvre pour garantir l’accès à la santé pour tous


Pour aider le gouvernement libanais à faire face à la pandémie de COVID-19, Première Urgence Internationale assure la continuité de ses services dans le pays, et vient de démarrer une réponse d’urgence additionnelle, en collaboration étroite avec d’autres ONG. Pendant 45 jours, les équipes vont distribuer des équipements de protection personnelle, proposer des sessions de sensibilisation et information, et aider à la mise en place de centres d’isolement et de quarantaine. 

garantir l’accès à la santé pour tous au Liban

Une infirmière en consultation sur le terrain. © Première Urgence Internationale – Avril 2020.

Près de la moitié de la population sous le seuil de pauvreté

La situation économique et humanitaire du Liban a été fortement affectée par la crise socio-économique touchant le pays depuis 2019,  menant au soulèvement de la population en octobre, avant l’arrivée du coronavirus COVID-19 dans le pays. La dévaluation de la livre libanaise, due à la pénurie de liquidités en dollars US au Liban, a provoqué la hausse des prix du marché, mettant les populations les moins fortunées dans l’incapacité de subvenir à leurs besoins alimentaires de base. Entre septembre 2019 et mars 2020, le Programme Alimentaire Mondial a enregistré une hausse de 40,1% de la consommation des paniers alimentaires minimum dits de survie, utilisés comme index pour mesurer le coût par personne pour assurer les besoins alimentaires minimum sur un mois.

L’aggravation de la crise économique liée à la pandémie de COVID-19 a encore plus fortement affecté les populations vulnérables du Liban. En avril, la moitié de la population du pays vivait sous le seuil de pauvreté selon la Banque Mondiale, et 75% de la population était en besoin urgent d’assistance, selon le gouvernement. Il est important de rappeler également que le Liban est un pays d’accueil pour environ 450 000 Palestiniens, vivant dans 12 camps de réfugiés, et pour près d’1,5 million de réfugiés syriens. Deux communautés qui font partie des populations vulnérables, souffrant de mauvaises conditions de logement, un très fort taux de chômage, et une grande pauvreté… Les réfugiés syriens et palestiniens peuvent aussi être sujets à la violence, aux arrestations arbitraires, à la détention, ou au harcèlement.

Dans cette situation économique et sociale, le Liban n’était pas préparé à faire face à une nouvelle crise, et manquait des moyens logistiques nécessaires pour faire face à l’épidémie du virus COVID-19. Le premier cas de COVID-19 au Liban a été enregistré le 21 février. Depuis, les chiffres font état (en date du 6 mai) de 741 cas confirmés et 25 décès.

Réorienter nos activités pour ralentir la propagation du Coronavirus

Au Liban, plusieurs réponses sont mises en place par le Ministère de la Santé et l’UNHCR, afin de répondre aux besoins des Libanais et des populations réfugiées. Ces réponses dépendent du niveau d’évolution de l’épidémie, et doivent être adaptées sur le terrain localement par les acteurs en santé. En tant qu’acteur humanitaire majeur, présent dans le pays depuis 1996, Première Urgence Internationale travaille étroitement avec le gouvernement et avec l’agence des Nations Unies, pour garantir une réponse efficace à toutes les populations vulnérables du pays, à la fois dans les camps de Palestiniens et dans les communautés hôtes et réfugiées.

Première Urgence Internationale vise à fournir la réponse la plus rapide et la mieux adaptée à la situation, et agit actuellement pour limiter et ralentir la propagation du COVID-19 :

  • Assurer une continuité des services dans tous les centres de santé primaire soutenus dans le pays, et adapter les activités pour limiter les risques de contamination virale : les services de protection, d’écoute et de conseil sont désormais menés par téléphone ;
  • Réorienter les programmes existants pour garantir l’approvisionnement et la distribution de 2000 kits d’hygiène : Première Urgence Internationale équipe les 20 cliniques qu’elle soutient en équipements de protection individuels et matériel médical ;
  • Sensibilisation auprès des populations sur l’importance de l’hygiène et des gestes barrières (sessions limitées à 15 personnes maximum dans le respect des distances de sécurité).

Un programme d’urgence pendant 45 jours

En parallèle de ces mesures pour limiter les risques sur les activités existantes, Première Urgence Internationale vient de lancer une réponse sanitaire d’urgence, en consortium avec quatre autres ONG : Relief International, Solidarités International, Médecins du Monde, et Action contre la Faim. Cette réponse d’urgence est mise en place pendant 45 jours, du 23 avril au 6 juin, grâce au soutien financier du START Network et de la IKEA Foundation.

Les ONG contribuent à la construction et mise en place d’espaces d’isolement et de quarantaine, et assurent la fourniture d’équipements de protection individuels (gants, masques…) ainsi que du matériel de contrôle de l’infection, et des outils d’information et sensibilisation.

Garantir l’accès à la santé pour tous au Liban

Les équipes terrain de Première Urgence Internationale continuent également de répondre à l’épidémie COVID-19 en garantissant un accès pour tous aux soins de santé primaires et aux consultations classiques, afin de limiter les conséquences secondaires de la pandémie, tout autant dramatiques, et de réduire les risques de mortalité évitable due à d’autres pathologies que le COVID-19.

Première Urgence Interationale continue de garantir l’accès à la santé pour tous au Liban

Distribution de kits de soin prénatal pour femmes enceintes, pour les encourager à maintenir un suivi médical régulier de leur grossesse pendant la pandémie de COVID-19. © Première Urgence Internationale  – Avril 2020.

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,5% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don