La course contre Ebola ne fait que commencer


Même s’il ne fait plus les gros titres des journaux, le virus Ebola n’a pas disparu en Afrique de l’Ouest. Pour faire face à ce fléau  qui continue de sévir Première Urgence Internationale a ouvert une mission en Guinée.

Depuis le début de l’épidémie, plus de 27 000 personnes ont contracté Ebola selon  le rapport de situation de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) publié en juillet 2015. En Guinée, au Libéria et en Sierra Leone, le virus persiste et des cas sont toujours répertoriés.

Prévenir et sensibiliser

Avec 2 500 victimes sur 3 800 cas détectés, la Guinée compte le taux de mortalité le plus élevé d’Afrique de l’ouest. Le taux de létalité atteint 66%.  Pour freiner la propagation du virus, les équipes de Première Urgence Internationale ont mis en place un programme afin de prévenir, de contrôler les infections  et de renforcer le dispositif de santé.  L’objectif : identifier les cas suspects, les isoler et les transférer dans les structures de traitement.

Première Urgence Internationale fournit des équipements de protection aux personnes et aux structures et apporte un soutien à la réhabilitation des points d’eau et des latrines. Des zones de déchets sont également créées. Avec dix expatriés sur place et 70 personnels nationaux, Première Urgence Internationale renforce les capacités en personnel de 45 structures dans les zones de Coyah et de Dubreka.

Parce qu’il est urgent d’en finir et d’atteindre le seuil de zéro infection, l’accent est mis sur la formation et la sensibilisation du personnel de santé. Des efforts nécessaires pour endiguer la propagation d’une épidémie loin d’être terminée.

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,5% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don