Témoignages vidéos de Gaza et de Cisjordanie – Exposition « Visages de Palestine »


L’exposition « Visages de Palestine » se termine le 22 novembre à Paris. Plus que quelques jours pour découvrir des portraits photographiques mais aussi des témoignages vidéos filmés à Gaza et en Cisjordanie.

Batiment détruit

L’iReMMO, l’Institut de Recherche et d’Études Méditerranée Moyen-Orient (7 rue des Carmes, 75005 Paris), accueille jusqu’au 22 novembre l’exposition photographique et vidéo « Visages de Palestine ». Ces photos et ces vidéos de Gaza et de Cisjordanie visent à montrer le quotidien des Palestiniens.

Ce projet est soutenu par la Direction Générale de l’Union Européenne pour l’Aide Humanitaire et la Protection Civile (DG-ECHO). Il a ainsi été réalisé à l’occasion du 50ème anniversaire de l’occupation militaire israélienne en Palestine et du 10ème anniversaire du blocus à Gaza.

Des vidéos de Gaza

Mohammed vit à Gaza. Il a 16 ans. Il a déjà vécu 3 conflits armés, dont le dernier a fait environ 2310 morts. Les perspectives pour l’avenir des jeunes, touchés par un taux de chômage de 58% sont sombres.

Des témoignages de Cisjordanie sur la violence des colons

La région de Naplouse, située dans le nord de la Cisjordanie, est une des zones les plus affectées par la violence des colons.

Burin, le village où vit Abu Morsi, 65 ans, est entouré par des colonies et avant-postes et ses habitants sont souvent victimes d’attaques ou d’intimidations. Les maisons des colons se trouvent parfois à seulement 200 mètres des maisons palestiniennes.

Date : Du 8 novembre au 22 novembre 2017
Horaires :
Lieu : iReMMO (7 rue des Carmes, 75005 Paris)

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,5% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don