Témoignage de Senam Saturnin, Bénéficiaire du projet Reconstruction à Boulata


Senam Saturnin est un centrafricain de 23 ans qui réside à Bimbo 4 dans le quartier cité de la paix. Il est célibataire et père d’une fille.

  • Pouvez-vous nous raconter votre histoire ?

Mon père est décédé en Janvier 2013 pendant les affrontements entre les Séléka et les anti-Balaka à Bangui. J’ai alors dû abandonner mes études. Avec le soutien de mon frère, je me suis inscrit à différentes formations professionnelles afin de trouver une activité économique. Ainsi, j’ai pu monter mon propre atelier de couture et de broderie.  Malheureusement, un jour les milices armées sont venues dans mon atelier et ont emporté toutes mes machines et outils de travail.  Je me suis alors retrouvé sans emploi.

Aujourd’hui,  je travaille pour Première Urgence Internationale. Je suis en charge de la surveillance et de la distribution de briques cuites. Ces briques sont distribuées aux bénéficiaires du projet de reconstruction de maisons dans le quartier de Boulata (3e arrondissement de Bangui).

  • Quel est l’impact de ces travaux menés par Première Urgence Internationale?

Les activités de Première Urgence Internationale dans le quartier de Boulata ont réellement  contribué au bon déroulement du processus de retour des déplacés et ont favorisé la réconciliation entre les deux communautés de mon quartier qui se sont longtemps affrontés. De plus, grâce aux activités de l’organisation, j’ai pu gagner assez d’argent  pour subvenir aux besoins quotidiens de ma famille. Les travaux en cours dans le quartier ont aussi permis l’ouverture des routes entre les quartiers KM5 et BOEING. Je souhaiterai que Première Urgence Internationale agrandisse  sa zone d’action dans tous les arrondissements de Bangui et sur le reste du territoire centrafricain.

  • Qu’avez-vous appris grâce à ce projet et comment envisagez-vous l’avenir ?

Grâce à mon emploi chez Première Urgence Internationale et les tâches qui me sont confiées, j’ai acquis une réelle rigueur dans le travail.

J’ai plusieurs projets : tout d’abord j’aimerais rouvrir mon atelier de  couture. Mon but est ensuite de pouvoir m’engager auprès de ma communauté afin de sensibiliser la population. Ainsi,  j’espère  aussi pouvoir aider les retournés qui sont sans appui ni aide humanitaire dans les quartiers de Bangui. Je pense qu’à travers les activités telles que le THIMO[1],  l’amélioration des conditions d’eau, hygiène et assainissement ainsi que la réhabilitation de tous les marchés du 3e arrondissement, nous pourrons aider la ville. J’espère que l’association poursuivra ses activités à Boulata et dans le 3ème arrondissement afin de pouvoir continuer à travailler avec eux sur les projets à venir.

[1] Travaux à haute intensité de main-d’œuvre

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,5% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don