Six mois aux commandes d’une base logistique inter-ONG


Dans la ville de Maiduguri (Nigeria), Première Urgence Internationale est en charge de la gestion d’une base logistique inter-ONG depuis décembre 2016. Juliette Guegan a été la première gestionnaire de cet entrepôt. Elle nous raconte ses six mois d’expérience dans le secteur de la logistique dans le pays.

base logistique inter-ONG

Aux commandes d’une base logistique inter-ONG

Au Nigeria, le contexte peut varier d’un jour à l’autre, de même que les besoins des populations. Il faut sans cesse s’adapter.

Durant mon séjour à Maiduguri, le secteur logistique au travers de Première Urgence Internationale a décidé de soutenir le dispositif de fret aérien assuré par le service aérien humanitaire de l’ONU. Lors de catastrophes naturelles ou de conflit, ce réseau permet d’apporter de l’eau, de la nourriture et des kits d’abris en urgence aux populations isolées. Un espace à température contrôlé a ainsi été créé pour stocker le matériel médical. La construction d’un abri en bois a débuté juste avant mon départ et les plans d’une salle de formation ainsi qu’une zone pour préparer les kits à destination des populations ou des travailleurs humanitaires venaient d’être établis.

Première expérience en logistique

C’était super de voir l’évolution de ces partenariats avec d’autres ONG. J’ai beaucoup appris pendant ces six mois. J’ai établi de nombreuses connections avec des organisations humanitaires basées à Maiduguri. C’était une nouveauté pour moi, cette approche relationnelle était très intéressante. Sur ma mission précédente, je travaillais en lien avec les communautés locales au Kurdistan irakien, alors qu’ici, au Nigéria, les acteurs de l’humanitaire étaient des « bénéficiaires du projet » de cet entrepôt, ce qui a beaucoup modifié ma manière de travailler. Désormais, je suis beaucoup plus flexible dans mon approche et ma gestion des projets.

base logistique inter-ONG

Mon plus gros challenge a été le lancement du projet, où nous avons dû « faire de la publicité » pour les services aux organisations sur le terrain et expliquer comment avoir un accès libre à l’espace de rangement en répondant aux exigences requises. Nous avons également dû organiser beaucoup de réunions pour comprendre les besoins des ONG mais également nouer des relations de confiance, la clé du succès du projet.

La phase suivante a été plus facile car nous avions déjà sécurisé l’appropriation de l’espace par les organisations et consolidé la confiance des partenaires. Il s’agissait d’étendre nos services et de transformer l’entrepôt en une base logistique adaptée à une variété d’installations et aux besoins des différents membres de la communauté humanitaire.

C’était ma première expérience de coordinatrice au sein d’un cluster. Un cluster est un groupement sectoriel qui réunit l’ensemble des acteurs de la logistique opérationnelle pour faciliter le travail et la coordination des partenaires humanitaires.

Une équipe à l’écoute

Cette première expérience dans le secteur de la logistique a été très enrichissante. L’équipe était très à l’écoute et m’a beaucoup aidée pendant ces six mois. J’ai notamment apprécié le fait qu’on organisait des temps d’échanges formels et informels quand c’était nécessaire. L’équipe était toujours prête à m’aider, à échanger et à écouter mes suggestions pour améliorer la gestion de l’entrepôt. Toutes les décisions ont été prises communément, ce qui d’après moi est la clé du succès d’une équipe.

Les collègues de l’équipe me manquent. Ils étaient très dévoués à leur métier mais nous avons aussi bien rigolé ensemble. J’espère les revoir un jour.

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,2% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don