« Malgré mon handicap, je suis devenu responsable et indépendant »


Première Urgence Internationale intervient en Syrie où elle a débuté des activités de relance économique. Yassin, 26 ans, a participé au programme. L’histoire d’une belle remontée.

Yassin dans sa boutique, qu'il a pu monter grâce aux activités de relance économique en Syrie de Première Urgence Internationale

Yassin, un triste destin ?

Yassin est né à Alep. Il y vit avec dix membres de sa famille. En 2011, la crise en Syrie éclate. Petit à petit, le quotidien de Yassin évolue et ce jeune homme dynamique se retrouve bientôt confronté à une sombre réalité.

Un jour, Yassin reçoit une balle perdue qui va le paralyser et le condamner à rester en chaise roulante. Il a tout juste la vingtaine. Très vite, lui et sa famille se retrouvent forcés de quitter sa ville natale pour rejoindre la ville de Jdaide, dans la banlieue de Damas. Le père de Yassin et ses frères vont commencer à y travailler en tant que concierges afin d’assurer la subsistance de la famille et payer les dépenses médicales importantes du garçon.

« J’étais très isolé à cause de mon handicap » confie Yassin. Cet état de dépendance le fait souffrir au quotidien, ainsi que sa famille.

Le renouveau

En 2016, Première Urgence Internationale a lancé un programme de « Start-up Small Business Grants » (bourses pour micro-entreprises) en Syrie. Ces projets visent à aider les entrepreneurs à créer ou reprendre leurs activités afin de relancer l’économie privée dans ce pays affecté par le conflit et les sanctions internationales.

Yassin a entendu parler du programme et a postulé. Il y présente une activité adaptée à sa condition physique : une boutique de vêtements pour femmes.

« Je suis alors passé de consommateur à une personne productive pour la société » explique Yassin.

Grâce à ce projet, il suit avec enthousiasme une formation en gestion d’entreprise et prépare un plan de développement solide. Quelque temps plus tard, Yassin ouvre enfin sa boutique et démontre son grand talent pour les affaires.

« Depuis que j’ai ouvert ma boutique, je suis capable de rencontrer de nouvelles personnes, de mieux interagir avec mes amis et ma famille » raconte Yassin.

Grâce à son travail, Yassin a un salaire régulier. Il soutient financièrement sa famille et aide même ses frères et sœurs à étudier au lieu de travailler pour prendre en charge les dépenses familiales, comme ils le faisaient auparavant.

Vitrine de la boutique de Yassin qu'il a monté grâce à l'aide de Première Urgence Internationale en matière de relance économique en Syrie

Vitrine de la boutique de Yassin

L’économie au service de la cohésion sociale

A cause de la crise en Syrie, il y a de nombreuses histoires de vie comme celle de Yassin. Depuis que Première Urgence Internationale a lancé ce programme, quelques centaines de familles ont pu être soutenues afin de les aider à retrouver leur indépendance financière.

Première Urgence Internationale travaille dans une stratégie d’approche intégrée en Syrie, mêlant Infrastructure, éducation et relance économique. Le but est de répondre aux besoins fondamentaux immédiats des populations les plus vulnérables tout en renforçant leur autosuffisance grâce à des activités de redressement économique rapide.

« Maintenant, j’ai plus confiance en moi et je suis capable de me réintégrer dans la communauté autour de moi » explique Yassin. « De plus, les disputes familiales ont diminué au minimum depuis que je suis responsable et indépendant » rajoute-t-il.

Aujourd’hui, Yassin n’a plus besoin de la pleine assistance de ses proches, ni des aides des ONG. Il est intégré dans sa communauté et sa boutique marche bien. Les souffrances d’hier s’éloignent maintenant peu à peu.

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,5% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don