Dimanche 22 mars, c’est la Journée mondiale de l’eau !


A l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, Première Urgence Internationale se mobilise pour réaffirmer le droit de chaque être humain à avoir accès à l’eau, l’hygiène et l’assainissement. Aujourd’hui encore, 1,8 milliard de personnes consomment une eau non potable, tandis que 2,6 milliards de personnes ne disposent pas de moyens d’assainissement satisfaisants.

Que l’on considère la santé et la nutrition, la sécurité alimentaire, la réhabilitation d’infrastructures, ou encore la relance économique, l’eau est une composante vitale pour les projets mis en oeuvre, et avant tout, pour les personnes que nous soutenons au quotidien. Véritable fléau pour la santé, notamment pour celle des plus jeunes, le manque d’accès à une eau potable et à des structures adéquates d’eau, d’hygiène et d’assainissement est d’autant plus important en zones rurales.

Les réfugiés et les déplacés font partie des populations les plus durement touchées par ces problématiques. Forcées de tout quitter pour sauver leur vie et celle de leur famille, ils abandonnent leur toit, leurs biens, et se retrouvent loin de tout, accueillis dans des villages ou se rassemblent en camps, qui se structurent au fur et à mesure que les nombre de personnes croît. Depuis 2013, le nombre de réfugiés et de déplacés internes a dépassé les 50 millions, un niveau jamais atteint depuis la Seconde Guerre Mondiale, donnant lieu à des contextes humanitaires dramatiques,où l’accès à l’eau et à des conditions sanitaires décentes devient un enjeu crucial.

Depuis maintenant 35 ans, Première Urgence Internationale intervient auprès de ces populations déracinées, afin de leur permettre de retrouver leur autonomie. Source de vie, de santé, l’eau irrigue les projets développés par Première Urgence Internationale, car elle est liée à l’ensemble de ses secteurs d’intervention. Au quotidien, les équipes de Première Urgence Internationale agissent dans des contextes de crises humanitaires : en Syrie, au Liban et en Jordanie ; en Irak et au Kurdistan irakien ; en Centrafrique et au Cameroun ; en Thaïlande et en Birmanie. Autant de situations d’insécurité qui ont contraint des millions de personnes à l’exil, et pour lesquelles l’accès à l’eau devient un enjeu crucial.

La palette d’activités de Première Urgence Internationale, complémentaire, répond à notre volonté de développer des projets au plus près des besoins de ces populations, aussi urgents qu’ils sont multiples. Plus encore, cette approche intégrée favorise les synergies entre les différentes activités et maximise l’impact bénéfique de nos projets sur les bénéficiaires.

Pour avoir un aperçu de la façon dont Première Urgence Internationale intègre l’eau, l’hygiène et l’assainissement dans ses porjets, rendez-vous sur l’album Facebook Journée Mondiale de l’Eau : http://on.fb.me/1FuRz6p !

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,5% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don