Apaiser les tensions agro-pastorales au Cameroun


DSCN1321

L’instabilité permanente en RCA depuis 10 ans a entrainé la fuite de 259 000  Centrafricains, principalement Mbororo, au Cameroun. Certains réfugiés Mbororo, essentiellement éleveurs, ont réussi à traverser la frontière avec leurs troupeaux entraînant des risques sanitaires ainsi que des conflits liés au manque d’espaces de pâturage. Première Urgence Internationale a mis en place un projet de gestion pacifique des ressources afin d’apaiser les tensions.

A l’arrivée des éleveurs Mbororo au Cameroun, leurs animaux étaient pour la plupart dans un état sanitaire déplorable, faisant potentiellement courir un risque de contaminations important aux consommateurs et aux troupeaux camerounais. Parmi ces éleveurs, un grand nombre s’est installé dans les villages hôtes et plus de 75 000  réfugiés ont été transférés vers les sites de réfugiés aménagés. Leur installation a considérablement accru la pression sur les ressources existantes.

Les espaces de pâturage de plus en plus restreints et les chemins de transhumance pas toujours bien définis ont engendré une augmentation des conflits agro-pastoraux et des tensions entre la population hôte et les réfugiés.

Face à cette situation, Première Urgence Internationale a initié en 2014, grâce à un financement de l’Office d’aide humanitaire de la Commission européenne (DG ECHO), un projet novateur de gestion pacifique des ressources pour favoriser la cohésion sociale au sein des communautés. Dans un premier temps, ce projet pilote a été mise en œuvre dans 6 villages dans la région de l’Est et de Djohong et Ngaoui dans l’Adamaoua. Face au succès de cette première tentative, le projet a été élargi sur 7 nouvelles localités.

L’objectif : instaurer un dialogue entre les agriculteurs et les éleveurs afin de faciliter la délimitation des terres et la cohabitation pacifique et faire en sorte que les communes et les différentes parties se réapproprient le mécanisme. Ce projet basé sur une forte implication des communautés et une collaboration de tous les acteurs aussi bien issus de la communauté réfugiée, hôtes ou des autorités locales, s’appuie notamment sur la mise en place d’une plateforme qui permet à chacun d’échanger sur les pratiques, les règles et la gestion des espaces.

Depuis la mise en place de ce projet, les conflits ont diminué de manière significative (70% selon une enquête réalisée en avril 2016 par Première Urgence Internationale).

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,5% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don