La Chronique N°134 – Mars 2020


Découvrez dans La Chronique de mars 2020, notre reportage sur les inégalités face aux crises humanitaires en fonction du genre.
Les femmes et les filles en sont les principales victimes. Dans la vaste majorité de nos contextes d’intervention, elles sont donc bien plus exposées aux risques. « Elles sont plus vulnérables à l’exploitation et nous constatons qu’elles sont parfois forcées de recourir au sexe de survie pour subvenir à leurs besoins et à ceux de leur famille », explique Laura Callot, référente protection et genre pour Première Urgence Internationale.

Télécharger

Pendant les situations d’urgence, il est important pour les équipes de Première Urgence Internationale de prendre en considération toutes les spécificités. En effet, la prise en compte du genre, au même titre que d’autres critères comme l’âge d’une personne ou sa situation sociale permet de mieux identifier les besoins d’une population. Les hommes et les femmes tous affectés, mais d’une manière différente.

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,5% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don