République Démocratique Populaire de Corée – Un(e) consultant spécialisé(e) dans la formation à la gestion des cultures fourragères


Contexte :

La RPDC est l’un des pays les plus isolé de la planète. Dès sa fondation en 1946, le pays a été coupé du monde non socialiste par la guerre froide, puis à la fin des années 80, a perdu ses partenaires idéologiques avec l’effondrement de l’Union Soviétique et la désolidarisation progressive de la Chine.
Les sanctions internationales, renforcées par une dégradation de la situation économique nationale, ont créés une situation précaire pour une large partie de la population, qui subit les conséquences néfastes des politiques du pays. A cela s’ajoute des catastrophes naturelles à répétitions (alternance de sécheresses et d’inondations) qui fragilisent d’avantage les faibles ressources de la population rurale.
Si l’évaluation précise de la situation humanitaire en RPDC représente un défi constant, les besoins de la population restent dans tous les cas extrêmement importants. Selon le dernier document sur les besoins et priorités du pays publié par les Nations Unies il est estimé que 10,5 millions1 de personnes sont sous-alimentées dans le pays, soit plus de 42% de la population. La majorité des enfants de moins de 5 ans et 50% des femmes enceintes et allaitantes souffrent de carences alimentaires. Les indicateurs disponibles sur la santé (mortalité infantile de 13,7/1 000, mortalité maternelle de 66/100,000) placent la RPDC loin derrière les autres pays de la région.
Depuis 2006, seules six ONG sont autorisées à opérer sur le territoire. Regroupées sous la bannière de la Commission Européenne en tant que « European Unit Program Support » (EUPS), elles interviennent essentiellement dans le secteur de la sécurité alimentaire.

Notre stratégie :

L’intervention de PUI au niveau provincial est double:
1) Au sein de l’Université (programme de coopération)
… avec l’objectif spécifique “de renforcer les capacités techniques et institutionnelles de l’Université d’Agriculture de la Province du Sud-Hwanghae, permettant ainsi d’améliorer sa capacité à répondre aux problématiques locales liées à la sécurité alimentaire”.
La diffusion des bonnes pratiques dans les fermes est en effet étroitement liée au niveau d’éducation universitaire. Les étudiants sont en effet formés pour devenir les futurs gestionnaires agricoles et cadres du Comité Populaire, en charge de la production animale, du développement rural et de l’élaboration des politiques agricoles. De plus, l’Université possède un rôle de conseiller technique auprès des autorités provinciales pour toutes les politiques mises en oeuvre à l’échelle de la région.
Entre isolement et manque de moyens financiers, les curricula de formation en élevage caprin de l’Université provinciale d’agriculture de Haeju n’ont reçu, depuis les années 90, que très peu voire pas d’actualisation. L’absence de nouveaux apports, consécutive de la rareté des échanges à l’intérieur et à l’extérieur du pays, a contribué à rendre les curricula de formation en élevage caprin à la fois obsolète et déconnecté de la réalité des fermes collectives nord-coréennes.
Voir l’annexe 3 pour une brève description de l’université de Haeju

2) Au sein des fermes (programme d’appui)
… avec l’objectif spécifique de «contribuer à améliorer l’état nutritionnel des enfants et la résilience des ménages, à travers le renforcement des pratiques d’élevage de chèvres au niveau de la communauté et des ménages, dans la province du Sud-Hwanghae».
PUI a choisi de se concentrer au niveau de 4 fermes du Sud-Hwanghae sur tous les maillons de la chaîne d’approvisionnement des crèches et écoles maternelles en yaourts à base lait de chèvre. La consommation de laitages représente en effet une réponse efficace et adaptée aux carences en protéines qui affectent les enfants de la province. Tous les aspects du cycle de production et de consommation sont pris en compte, de la production de fourrage à l’utilisation du yaourt par les enfants et les ménages.
Les formations concerneront toutes les étapes de la production fourragère pour nourrir les chèvres :

  • Semences et variétés
  • Pratiques culturales
  • Transformation et conservation
  • Intégration des fourrages dans les rations quotidiennes

Objectifs de la prestation à mettre en oeuvre :

Afin d’atteindre ces objectifs, PUI souhaite recruter un(e) Consultant(e) international spécialisé dans la formation professionnelle et la production fourragère destinée à l’élevage. Le candidat choisi sera en mesure de partager son expertise technique avec les partenaires de PUI en assurant deux sessions de formation sur la gestion des cultures fourragères.

Ces deux séances s’adresseront aux différentes catégories de bénéficiaires des projets écrits ci-dessus :
1) Les professeurs de l’Université d’Agriculture de Haeju
Impact indirect sur la production fourragère via la formation des futurs directeurs de fermes et responsables des politiques agricoles provinciales
2) Les membres de la brigade d’élevage issus des quatre fermes soutenues par PUI
Impact direct sur la production fourragère et son utilisation au niveau des fermes, en insistant sur l’ensemble des étapes de la chaîne de production depuis la sélection des semences jusqu’à la ration distribuée aux chèvres
Les deux sessions seront réalisées consécutivement. Chacune d’entre elle durera entre une et deux semaines, selon le planning élaboré par le consultant.
Le consultant devra être capable d’adapter son discours à ces deux auditoires, c’est-à-dire à leurs différents niveaux de compétences et à leurs attentes respectives.
Pour information, ces deux sessions font partie d’un programme de formation plus large incluant des rencontres et des échanges avec des experts locaux, deux autres formations internationales ainsi que la participation à un study tour en Europe à destination des professeurs d’université.
a. Formation des professeurs d’université de Haeju
La formation technique de haut niveau sera dispensée à 22 professeurs et enseignants de l’Université de Haeju. L’objectif sera de renforcer le niveau de connaissances techniques et scientifiques de l’équipe encadrante et de faire l’état des lieux de la recherche internationale. Plus précisément, le rôle du formateur sera le suivant :

  • Evaluer, par les moyens appropriés, les compétences techniques des professeurs de l’université ex ante,
  • Affiner le plan et les matériels de formation en fonction des résultats obtenus
  • Conduire et animer la formation technique sur place, en RPDC,
  • Préparer, avec les professeurs nord-coréens, 3 fiches de vulgarisation technique à destination des services de vulgarisation et fermes, sur les sujets abordés pendant les formations,
  • Fournir une liste de documents techniques de références (articles, manuels, revues, etc.) pertinents et de portée internationale sur la production de fourrages à destination de la bibliothèque universitaire,
  • Evaluer, par les moyens appropriés, les compétences techniques des professeurs de l’université ex post et rédiger un bilan de formation.
  • Entre les sessions de formation, le consultant devra ponctuellement répondre aux questions techniques que pourront se poser les professeurs suite aux formations dispensées.
    Cette mission fera l’objet d’un rapport, soumis à évaluation.

b. Formation des membres de la brigade de l’élevage
La seconde formation est destinée aux techniciens agricoles membres de la brigade d’élevage de 4 fermes de la province.
La formation technique se concentrera sur les bonnes pratiques et la transmission d’un savoir-faire concrets à destination de 20 membres de la brigade d’élevage des quatre fermes du projet. Certains cadres dirigeants de la ferme peuvent également assister à la formation. L’objectif sera d’améliorer les compétences des techniciens, afin d’obtenir un impact immédiat sur l’alimentation et la production de l’élevage. Plus précisément, le rôle du formateur sera le suivant :

  •  Évaluer les compétences techniques initiales des membres de la brigade
  • Affiner le plan et les matériels de formation en fonction des résultats obtenus
  • Conduire et animer la formation technique sur place, en RPDC,
  • Présenter et affiner les 3 fiches techniques de vulgarisation préalablement conçues avec les professeurs,
  • Evaluer, par des moyens appropriés, les compétences techniques post-projet des paysans et préparer un rapport de formation.

Entre les sessions de formation, le consultant sera amené à répondre aux questions techniques que les agriculteurs pourront avoir sur la formation dispensée.
Cette mission fera l’objet d’un rapport, soumis à évaluation.

Modalités de sélection du prestataire de service :

Les prestataires de services sont invités à déposer leur offre avant le 10 décembre 2017. Ils peuvent tout au long de la constitution de leur dossier de proposition demander de plus amples informations au chef de projet PUI en République Populaire Démocratique de Corée : Amélie GUIOT-ZIMMERMANN, [email protected], avec en copie le chargé de programmes Asie au siège de PUI : Luc Mazoires, [email protected]
Le document des projets, tel que soumis au bailleur européen est disponible en version anglaise sur demande.
Les offres devront être soumises à ces mêmes adresses.

Le candidat proposera deux programmes de formation, comprenant les thèmes abordés, le planning prévisionnel et les méthodes pédagogiques utilisées.
Les propositions techniques ne devront pas dépasser 10 pages, CV compris. D’autres documents jugés pertinents pour la proposition pourront être joints en annexe.

Les soumissionnaires sont invités à respecter l’ensemble des procédures décrites ci-après. Les offres qui ne respecteraient pas les termes et formes requis pourraient être automatiquement rejetées.

  • Langue : les propositions devront être rédigées en français ou anglais, y compris les annexes et fiches descriptives
  • Unité monétaire : Tous les prix devront être exprimés en Euro, la TVA et autres taxes devront être précisées le cas échéant.
  • Présentation de l’offre : l’offre devra être présentée en trois parties distinctes : (i) la présentation de l’organisme soumissionnaire, de ses partenaires et de ses références, (ii) la proposition technique, (iii) la proposition financière.

Le candidat devra présenter une offre financière pour la prestation, qui reprendra au minimum les éléments ci-dessous :

  • Tarifs journaliers, coûts unitaires et totaux ;
  • Assurance civile, maladie, invalidité, décès, rapatriement pour les consultants en visite en République Populaire Démocratique de Corée
  • Billets d’avion aller-retour France-Pékin, visa, transport en France, etc… ;
  • Photocopie des documents de formation
  • Autres (à préciser)
    Le paiement sera effectué par virement bancaire. Le soumissionnaire devra fournir lors de la signature du contrat les coordonnées bancaires d’un compte domicilié au sein de l’Union Européenne.

Pour plus d’informations sur l’offre de consultance et les critères d’éligibilité, veuillez-consulter les TDR ci-joints en français ou en anglais.

Answer limit date : Closed

How your donations are used?

Stats Each year, Première Urgence Internationale allocates most of its resources to the programs and activities and only 0.5% to fundraising. Your donations are crucial.

Take control of your destiny

Your donations ensure our freedom of action. They allow us to provide support to those affected by crises that have been forgotten by the media and institutional sponsors. It means that the decisions of how to use all of the donations collected are taken by the organisation. It gives us the freedom to act and to increase our responsiveness.
Make a donation