Niger

Contexte humanitaire

Déjà fortement impacté par une pauvreté endémique le Niger subit directement les conséquences de plusieurs crises politico-militaires. D’une part, l’instabilité crée par la crise du Lac Tchad conduit à des déplacements de populations massifs, mettant à l’épreuve la situation sanitaire et la résilience économique des communautés. D’autre part, la crise du Sahel et le conflit malien, se caractérise par l’essor de plusieurs groupes armés transnationaux dont les actes de violences affectent durement les populations. Enfin, le Niger est au cœur des routes migratoires entre Afrique Subsaharienne et Afrique du Nord.

Cette instabilité se caractérise par l’importance des besoins humanitaires de la population. Selon l’aperçu des besoins humanitaires 2020 publié par le Bureau de la Coordination Humanitaire, on estime à 2.9 million les personnes dans le besoin dont 55% d’enfants. En outre, dans le but d’atténuer les risques d’attaques de groupes armés, l’Etat d’urgence a été déclaré par le gouvernement dans les régions frontalières du Mali, ce qui complique l’accès de la population aux services de base et renforce sa vulnérabilité face aux risques épidémiques (méningite, rougeole, choléra) et à la malnutrition.

Chiffres clés

2018
Année d'implantation
de la mission
22
Personnel national
2
Personnel expatrié
50 423
Bénéficiaires

Descriptif de la mission

Par le passé, Première Urgence Internationale a travaillé à 2 reprises au Niger, une première fois dans les années 90 avec des projets dans la région d’Agadez, et au début des années 2010 dans le secteur de la malnutrition à Niamey.

Face à l’évolution du contexte transfrontalier entre le Mali et le Niger fin 2017, l’ONG ouvre une mission au Niger en 2018, dans le cadre d’une mission transfrontalière couvrant la zone des « 3 frontières » regroupant les opérations de PUI au Mali, Niger et Burkina Faso.

Au Niger, Première Urgence Internationale met en œuvre ses activités dans la région de Tillabéri, zone connaissant une intensification des violences et de nombreux déplacements internes. Ces contraintes contribuent à la diminution de l’accès aux services de santé, et à court  terme cela se traduit par une résurgence de certaines maladies transmissibles telles que la rougeole, les maladies diarrhéiques et les pneumonies, touchant particulièrement les enfants.

Ainsi, l’ONG se concentre sur la réponse aux besoins immédiats des populations, l’amélioration de l’accès aux soins de santé et nutrition, et le renforcement des structures de santé existantes.

Première Urgence Internationale en action

Première Urgence Internationale met en œuvre ses activités dans les districts sanitaires de Ouallam et Torodi,  grâce à des stratégies discutées et convenues avec les autorités sanitaires. Ainsi, Première Urgence Internationale déploie des cliniques mobiles composées de personnels expérimentés, dont l’objectif est d’apporter des soins de santé primaires aux personnes vulnérables.

De plus, l’ONG fournit un appui aux centres de santé dans plusieurs aires sanitaires, via un renforcement des capacités des agents de santé, un appui en médicaments et équipements médicaux, ainsi que des réhabilitations d’infrastructures pour garantir un environnement sanitaire convenable aux patients.

La mission Niger en images

 

Nos partenaires

Fondation Sanofi Espoir
ECHO
USAID
Centre de Crise et de Soutien

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,2% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don