RDC – Un(e) Logisticien et Administrateur/trice Province

Informations clés

Titre du poste

RDC – Un(e) Logisticien et Administrateur/trice Province

Pays

République démocratique du Congo

Lieu (ville/région)

Province du Kasai, à Tshikapa

Type de collaboration

Salarié

Type de contrat

CDD

Date de prise de poste

Dès que possible

Durée du poste

6 mois

Résumé du poste

Contexte

La RDC en 2018 fait encore face à une instabilité importante dans l’est du pays (Kivus, Province Orientale et Katanga) en lien avec l’activité prédatrice d’un grand nombre d’acteurs informels associés à des milices armées sur les ressources minières très importantes de la région. Par ailleurs, des enjeux politiques et constitutionnels majeurs risquent de complexifier la grille de lecture des différents conflits encore en cours en 2018. La région entière est à la veille d’événements politiques majeurs (élections, modifications de constitutions) avec des conséquences potentielles sur des déplacements de populations dont certains déjà en cours (RCA, Burundi). Plus récemment la région des Kasaïs est entrée dans un cycle de violences qui affecte déjà plusieurs millions de personnes (dont environ 1.000.000 de déplacés selon les estimations disponibles).

La situation dans la province du Nord-Kivu n’a pas évolué depuis la défaite du mouvement rebelle M23 fin 2013. Les FARDC libérés de leur engagement face au M23 se focalisent actuellement sur d’autres fronts pour lutter contre les nombreux groupes armés actifs dans la région (Maï Maï, APCLS, FDLR, ADF etc…). En outre, les tensions ethniques et les problématiques d’accès à la terre sont sources de tensions particulières dans les zones d’intervention de PUI (Masisi, Rutshuru et Beni).

Dans la province du Tanganyika (sous-région de l’ex-province du Katanga), des conflits ethniques (entre milices Twas –pygmées- et Bantoues) initiés en 2012 ont résulté dans le déplacement souvent préventif de centaines de milliers de personnes. Les zones d’intervention de PUI (ZS de Kiambi, Kilwa, Kabalo, Nyunzu et Pweto) se caractérisent par un dénuement important de certains groupes (accès limité aux terres agricoles, à l’eau potable, enclavement, récurrence d’épidémies telles que la rougeole et le choléra) exacerbé par les déplacements les plus récents. Malgré un processus de réconciliation en cours la situation reste extrêmement volatile nécessitant un type d’interventions humanitaires très flexible.

Dans la province du Sud-Ubangi, plusieurs camps de réfugiés ont été ouverts dans les territoires de Libenge et de Zongo entre 2012 et 2015 en lien avec la crise en cours en RCA. Depuis 2015, plusieurs vagues de réfugiés se sont succédées et aujourd’hui seul un nombre d’entre eux sont réticents à l’idée de s’installer dans les camps et préfère rester à proximité de la rivière qui constitue une source importante de nourriture. Considérant que la majorité des habitants de la zone de Libenge sont eux-mêmes des « retournés » revenus de la République du Congo en 2012, les tensions entre les populations locales et les réfugiés peuvent également constituer un facteur d’instabilité.

Dans la province du Nord-Ubangui, suite au regain des violences en RCA à la fin de l’année 2016, de nouveaux mouvements massifs de réfugiés centrafricains ont été recensés de mai à août 2017 dans les territoires de Mobayi-Mbongo, Gbadolite et Yakoma. Selon lle recensement biométrique réalisé entre octobre et décembre 2017 au NU et les données du pré-enregistrement pour le Bas-Uélé font état d’environ 87 307 personnes. Contrairement à la première vague de réfugiés, une infime minorité de ces nouveaux arrivants a pu être prise en charge dans les camps. La plupart se sont installés dans des localités bordant le fleuve ou à proximité immédiate. Aujourd’hui, la situation en RCA demeure instable et aucune prise en charge effective n’a été mise en place en RDC. Le Plan de Réponse Humanitaire 2017-2018 de la RD Congo considère aussi que la situation dans le Nord Ubangi est l’un des 10 événements humanitaires majeurs enregistrés en RD Congo.

Dans la province du Kasaï, la crise est survenue à la suite d’un soulèvement violent de la milice Kamuina Nsapu dans le Kasaï Central en août 2016, qui s’est ensuite répandu dans toute la région du Kasaï, créant des besoins humanitaires multi-sectoriels. En octobre 2017, la province dénombrait 97 984 personnes retournées, 13 406 rapatriées de l’Angola et 333 906 déplacées internes ; sur 762 307 dans la région du grand Kasaï. Cette dernière est passée au niveau L3, le plus élevé des besoins humanitaires, au cours du dernier trimestre 2017. Le territoire de Kamonia, dans la province du Kasaï, fait partie des territoires affectés par le conflit. La zone de santé de Kamwesha a connu des déplacements massifs de population, un nombre important d’incidents de protection, la destruction des infrastructures socioéconomiques et des moyens de subsistance ; démontrant un besoin important en appui humanitaire. Au début du mois d’octobre 2018, le Gouvernement de la République d’Angolais a entrepris d’expulser de son territoire toute personne de nationalité étrangère en séjour irrégulier. Cette décision a été suivie d’un vaste mouvement des expulsés Congolais vers Kamako, frontalière de l’Angola. Du 1er au 15 Novembre 2018, 315 247 personnes retournées Congolais d’Angola ont été enregistrés par le service la DGM Kasaï (Direction Générale de Migration) et environs 12% ont été expulsés de manière forcée.

Responsabilités

Le/la Logisticien/ne – Administrateur/trice (« Log-Admin ») est responsable du bon fonctionnement des services logistique et administration de la Province, dans le respect des procédures PUI et bailleurs, ce qui représente actuellement deux bases au Kasai: Tshikapa et Kamwesha.

Principales activités

Ressources Humaines : Il/Elle supervise les activités de gestion administrative des ressources humaines dans la Province.

Suivi logistique : Il/Elle supervise les volets logistiques, en particulier le suivi des achats, des stocks, de carburant, des équipements et l’organisation des mouvements de véhicules, avec l’appui fonctionnel du/de la Coordinateur/trice Logistique (CLOG) de la mission. Il/Elle supervise les aspects logistiques de la gestion de la sécurité (bâtiment, transport, télécommunication.

Suivi administratif et financier: Il/Elle supervise les volets administratifs et financiers dans la Province et s’assure du respect des procédures afférentes, avec l’appui fonctionnel du/de la Coordinateur/trice Administratif/tive et Financier/e (CAF) et du Coordinateur de Zone.

Profil recherché

Formation

Gestion de projet
Formation en Agro / Watsan / Autres
Gestion financière
Logistique…

Expériences
professionnelles

Minimum un an d’expérience sur un poste similaire

Expérience en gestion d’équipe

Aptitudes
transversales

Gestion d’équipe
Connaissances logistiques
Connaissances en administration et gestion

Conditions

Rémunération

Salaire Brut Mensuel: de 1 815 à 2 145 Euros selon parcours en Solidarité Internationale + majoration de 50 € par semestre d’ancienneté avec PUI.

Prises en charge

Frais Pris en Charge: notamment transport AR Domicile / Mission, visas, vaccins…

Assurance comprenant couverture médicale et complémentaire santé, assistance 24/24h, rapatriement et prévoyance

Hébergement en maison collective

Frais de Vie (« Per diem »)

Vacances

Régime de Break: 5 jours ouvrés à 3 et 9 mois de mission + prime de break

Régime de congés payés: 5 semaines de CP / an + billet A/R au domicile tous les 6 mois

Télécharger le profil de poste complet en pdf

Personne chargée de l'offre

Responsable

Marwan Filah, Chargé de Ressources Humaines Expatriées


Postulez à cette offre

RH : Candidature

Envoyer