Yémen

Contexte humanitaire

Figurant parmi les pays les plus pauvres du monde, le Yémen est en proie à un conflit armé depuis plus de sept ans.  En raison de la guerre, du déclin économique et de l’effondrement des institutions publiques, notamment du système de santé, la crise que subit le Yémen est reconnue comme étant l’une des pires au monde et les besoins de la population ne cessent d’augmenter. En 2022, plus de 70 % de la population a ainsi besoin d’une assistance humanitaire : 19 millions de personnes souffrent d’insécurité alimentaire (contre 16 millions en 2021), parmi lesquelles plus de 2 millions d’enfants sont menacés de malnutrition aigüe.

Malgré la conclusion d’une trêve entre les parties au conflit en avril 2022, reconduite en juin puis en août, une intensification de la crise est à craindre en l’absence d’une désescalade durable du conflit, d’améliorations significatives de l’économie, ainsi que de financements suffisants pour couvrir les besoins humanitaires.

Source: Yemen Humanitarian Needs Overview 2022

Chiffres clés

2007
Année d'implantation
de la mission
125
Personnel national
11
Personnel expatrié
157 701
Bénéficiaires

Descriptif de la mission

Première Urgence Internationale est présente au Yémen depuis 2007 et y assiste les populations les plus vulnérables des zones affectées par le conflit, qui sont marquées par des taux élevés d’insécurité alimentaire et de malnutrition chronique sévère.

Par nos activités adoptant une approche intégrée, mêlant santé, nutrition, eau, assainissement et hygiène, soutien psycho-social et sécurité alimentaire, nous soutenons le système de santé primaire dans les zones les plus vulnérables des Gouvernorats d’Hodeidah (Nord), de Raymah (Nord) et de Taizz (Sud). Première Urgence Internationale soutient ainsi actuellement 18 établissements de santé, et a développé des espaces dédiés aux activités mères-enfants dans six d’entre eux.

Première Urgence Internationale en action

Face à cette situation critique de malnutrition et de détérioration du système de santé primairePremière Urgence Internationale met en œuvre des programmes intégrés et plurisectoriels, en soutenant les structures de santé et de nutrition dans les zones les plus affectées des Gouvernorats d’Hodeidah, de Raymah et de Taizz.

Les principaux domaines d’interventions de la mission sont la lutte contre la malnutrition et l’amélioration de l’accès au système de santé primaire, dont un volet important sur la santé sexuelle et reproductive. L’ONG participe à la fourniture d’intrants médicaux et nutritionnels, à la formation du personnel médical et à la maintenance générale des infrastructures ciblées dans les zones d’intervention. Dans le cadre de cette approche intégrée, Première Urgence Internationale assure également la réhabilitation des infrastructures hydrauliques et sanitaires dans les centres de santé, ainsi que des activités de sécurité alimentaire par la distribution de paniers alimentaires aux ménages ayant des enfants atteints de malnutrition aiguë sévère. Afin d’avoir un impact plus durable, des volontaires communautaires sont formés à la diffusion de bonnes pratiques liées à la santé, l’hygiène et la nutrition, ainsi qu’à la détection des cas de malnutrition. Enfin, dans les centres, Première Urgence Internationale a créé des espaces sûrs et accueillants qui offre un soutien complet aux femmes enceintes et aux jeunes mères, ainsi qu’à leurs enfants ayant besoin d’un soutien psychosocial.

Images de la mission humanitaire au Yémen

Nos partenaires

ECHO
USAID
Centre de Crise et de Soutien

Comment sont utilisés vos dons ?

Stats Chaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,2% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don