GRATUITE DES SOINS DE SANTE AU MALI POUR SAUVER DES VIES


De juin 2021 à juillet 2022, Première Urgence Internationale est intervenue dans les régions de Gao (cercle d’Ansongo) et de Mopti (cercle de Bandiagara)

Consultation curative par l’équipe mobile de PUI, aire de santé de Goundaka (cercle de Bandiagara) | © Première Urgence Internationale

De juin 2021 à juillet 2022, Première Urgence Internationale est intervenue dans les régions de Gao (cercle d’Ansongo) et de Mopti (cercle de Bandiagara) en soutenant les populations les plus vulnérables à travers l’amélioration de l’accès à des soins médico-nutritionnels gratuits et de qualité et le renforcement du système de santé primaire. Avec des services vitaux et essentiels compromis, les enfants de moins de 5 ans, les femmes enceintes et allaitantes et les personnes déplacées internes restent les populations les plus vulnérables. Ils ont notamment pu bénéficier de la gratuité des soins de santé à travers l’intervention de Première Urgence Internationale. Le projet a pu bénéficier directement a plus de 65 000 personnes.

Le dépistage de la malnutrition chez les enfants en bas âge

Au Mali, la situation de pauvreté s’exacerbe par l’instabilité et l’insécurité. Ces derniers entrainent une perte importante des moyens de subsistance dans le centre et le nord du pays. Cette situation ne fait qu’accroître la pression sur les faibles ressources des populations. Le prix des produits de première nécessité a augmenté et il n’est plus possible pour les populations d’avoir accès à des aliments suffisants, sûrs et nutritifs pour répondre à leurs besoins énergétiques. En conséquence, la situation de malnutrition chronique reste élevée, notamment chez les enfants en bas âge.

A Ansongo, plus de 10 000 femmes suivent une formation sur le dépistage de la malnutrition et le référencement des cas de malnutris vers les centres de santé. Grâce à elles, aux relais communautaires et aux équipes de Première Urgence Internationale, environ 48 000 enfants de moins de 5 ans ont été dépistés. Les cas de malnutrition vont vers les centres de santé pour leur prise en charge gratuite.

« Pendant que j’étais enceinte un de mes enfants a été dépisté malnutri par le relais communautaire, et a été admis au programme nutritionnel du centre de santé. Mon enfant Issa a été traité gratuitement de la malnutrition et est sorti guéri du programme » déclare Hadiza, 25 ans et mère de 4 enfants.

 

Formation sur le dépistage de la malnutrition et le référencement des cas par un mobilisateur communautaire, aire de santé de Labbézanga (cercle d’Ansongo), mars 2022 | © Première Urgence Internationale

 

Sensibilisation au dépistage de la malnutrition par l’équipe mobile de PUI, aire de santé de Goundaka (cercle de Bandiagara), Mai 2022 | © Première Urgence Internationale

L’accès à la santé sexuelle et reproductive pour les femmes en âge de procréer

Au Mali, le plus souvent les femmes accouchent à domicile sans personnel de santé qualifié. Cette pratique augmente les risques de mortalité chez les femmes et les nouveau-nés. Les barrières financières représentent notamment un frein pour se rendre au centre de santé. Cela que ce soit pour les consultations prénatales, les accouchements ou encore les consultations post-natales.

Grâce à l’appui de Première Urgence Internationale, les femmes enceintes et allaitantes ont pu bénéficier de soins gratuits au niveau des centres de santé et des cliniques mobiles. Des kits d’accouchement permettent de motiver les femmes à se rendre au centre de santé pour accoucher.

Hadiza en témoigne : « Je suis une femme sans emploi et mon mari n’a pas de boulot stable. Au cours de ma dernière grossesse, j’ai fréquenté régulièrement le centre de santé d’Ansongo. J’ai bénéficié de consultations gratuites et de médicaments, j’ai également accouché au centre de santé au mois de mai 2022. J’ai reçu à ce moment un kit d’accouchement. Ce dernier se compose de trois pagnes, un seau, des habits pour bébé, et des morceaux de savons. Le kit d’accouchement et les soins gratuits ont beaucoup soulagé mon ménage sur le plan financier ».

 Consultation prénatale par une équipe mobile, aire de santé de Goundaka (cercle de Bandiagara), mai 2022 | © Première Urgence Internationale

L’assistance d’urgence aux populations déplacées internes

A travers ses 4 cliniques mobiles, Première Urgence Internationale a mené des interventions d’urgence. En conséquence, le but étant de répondre aux besoins primaires des populations affectées par des chocs. Des chocs tels que des déplacements massifs de population ou des épidémies.

« Je m’appelle Jaouja, je suis âgée de 30 ans et mère de deux enfants. Je réside actuellement à Targada, un quartier périphérique d’Ansongo avec ma famille. Suite à l’insécurité, plusieurs familles ont quitté le village de Bangou pour se réfugier à Ansongo, dont ma famille. Ma famille a été accueillie par les responsables du quartier et installée dans un logement qui était inhabité. Mon enfant de 8 mois était souffrant. Une équipe médicale de Première Urgence Internationale l’a pris en charge avec les autres malades. Il a reçu des médicaments et des soins gratuits, et a été guéri totalement. »

Certaines communautés quittent de plus en plus fréquemment leur village pour des raisons sécuritaires. Le plus souvent pour une durée indéterminée, ce qui accroit leurs vulnérabilités.

« Je ne compte pas retourner dans mon village tant que la paix n’est pas revenue » souligne Jaouja.

Afin d’appuyer ces populations déplacées, Première Urgence Internationale a mis en place un système de coupons qui leur ont été distribués, afin qu’elles puissent consulter et bénéficier de médicaments gratuitement au niveau des centres de santé, lorsque les cliniques mobiles ne sont pas sur place : « Mon enfant et moi-même avons été consulter au centre de santé grâce à la carte fournie par PUI. Je n’avais pas les moyens de le faire traiter à mon arrivée parce que ma famille a tout abandonné au village », explique Jaouja.

Ce projet est mis en place grâce au soutien financer de la Protection Civile et Operations d’Aide Humanitaire Européennes

Comment sont utilisés vos dons ?

StatsChaque année, Première Urgence Internationale affecte l’essentiel de ses ressources aux programmes qu’elle déploie sur ses différents terrains d’intervention et seulement 0,2% à la recherche de fonds. Vos dons sont essentiels.

Reprendre en main son destin !

Vos dons sont les garants de notre liberté d’action. Ils nous permettent de venir en aide aux populations affectées par des crises oubliées qui ne retiennent l’attention ni des médias, ni des bailleurs de fonds institutionnels. Les sommes collectées constituent ainsi les fonds propres de l’association, lui donnant une autonomie d’action et une réactivité accrue.
Faire un don